Il y a quelques temps, je suis allée déjeuner ICI en bien agréable compagnie. Le repas fut aussi délicieux que calorique, ma cellulite remercie encore...

Je vous passerais les spécialités lyonnaises (andouillettes et autres joyeusetés), pour en venir directement au dessert : La fameuse tarte aux pralines.

Je dois avouer que je ne suis pas une fan inconditionnelle de cette pâtisserie, et je reconnais que jusqu'ici, celles que j'ai pu goûter ne m'ont arraché qu'une note de "peut mieux faire".

Mais ça c'était avant...

Le cuisinier, sous insistante requête de ma part, a consenti a me donner la recette de cette merveilleuse tarte. Cela dit, il ne me l'a pas donnée de façon explicite, non, cela aurait été trop simple.

Dans ses instructions, les proportions étaient floues, les temps de cuissons approximatifs, bref, autant demander ou se trouve la loge maçonnique la plus proche. 

J'ai donc l'honneur, mais que dis-je, le privilège, de vous livrer sans chichis une recette obtenue après un déchiffrage minutieux digne du Da Vinci Code.

tarte_pralines

Ingrédients

  • 1 disque de pâte sablée du commerce (il faut être fainéant-intelligent ;-) )
  • 300 gr de pralines concassées
  • 300 gr de crème fleurette entière (vous ferez régime un autre jour !)
  • 2 oeufs

Comment qu'on fait

  1. Faite blanchir le fond de votre tarte.
  2. Dans une casserole, faire fondre les pralines dans la crème. Quand le mélange aura une consistance homogène sortez la casserole du feu.
  3. Laisser refroidir la crème.
  4. Mélanger 2 oeufs entiers à la crème, et verser le tout sur le fond de pâte.
  5. Laisser cuire à 180° pendant 20-30 minutes.

Je n'aurais pas la prétention de dire que ma tarte est aussi bonne que celle du bouchon lyonnais sus-nommé, mais quand même, a midi on lui a bien torpillé sa tête...

Bon dimanche